Lionel Maurel : le Tiers-Lieu pour repenser les modèles de gouvernance

Lionel Maurel est blogueur, juriste et bibliothécaire. Co-fondateur du collectif Savoirscom1, militant de la Quadrature du Net. Son interview a été réalisée pour la Biennale de Design de Saint-Etienne le 05 Février 2017 par Sylvia Fredriksson et Aurélien Marty.

Je suis bibliothécaire de profession, mais j’ai une formation de juriste. C’est ce profil hybride qui m’a amené à faire mon premier pas dans un tiers-lieu, car j’avais du mal à exprimer ces différentes facettes dans le cadre de ma profession.

Je me souviens qu’à l’époque, ce qui m’a permis de décloisonner tout cela, ça a été mon activité sur internet, en ouvrant un blog et en m’investissant dans les réseaux sociaux. Cela m’a amené à côtoyer d’autres communautés que ma communauté professionnelle.

Au fil du temps, je me suis rendu compte qu’il y avait des lieux qui permettaient, voire qui avaient pour ambition, de faire se croiser les communautés. Un des premier dans lequel je suis allé, c’était La Cantine à Paris. Cela m’a donné l’occasion de rencontrer, en vrai, les gens que j’avais pu croiser en ligne. La première chose qui m’a amené à aller dans un tiers-lieu, c’est la volonté de prolonger des contacts que j’avais pu avoir en dehors de ma communauté professionnelle.

Je me suis engagé dans la Quadrature du Net, et c’est une manière de prolonger ce que j’ai pu vivre dans les tiers-lieux. C’est notamment la dimensions de l’engagement et la dimension politique qui se jouent au travers cette expérience associative. Je me suis rendu compte qu’il y avait un arrière-plan juridique et légal qui était très important, et qui formatait, d’une certaine manière, notre capacité notamment à partager la culture. Je me suis engagé à la Quadrature du Net pour essayer de peser sur l’évolution du cadre législatif. Je continue à le faire avec l’esprit que j’avais découvert dans les tiers-lieu, c’est-à-dire au sein d’une communauté, et en suscitant des contributions de l’ensemble des internautes qui nous suivent, et qui nous poussent dans l’action. La Quadrature du Net est une association de défense des libertés dans l’environnement numérique. Son premier combat fut la lutte contre HADOPI et pour le partage libre des œuvres culturelles sur internet. Depuis, elle a étendu ses actions à la défense de la neutralité du Net, la défense des données personnelles et la lutte contre la surveillance.

Dans NuitDebout, avec un groupe, on a voulu créer la bibliothèque du mouvement, que nous avons nommé la BiblioDebout. C’était l’idée de matérialiser un commun à l’intérieur de NuitDebout, autour du partage des livres. Ce fut une expérience extrêmement intéressante pour nous, car cela nous a conduit à construire une bibliothèque à partir de rien, sans murs, et à comprendre que ce qui était déterminant, c’était la communauté des gens qui la faisait vivre. À la fois les bibliothécaires de la BiblioDebout, qui rassemblaient les livres tous les jours, et qui démontaient et reconstruisaient la bibliothèque tous les jours. Et d’autres part, toute la communauté des gens à la fois dans le mouvement, mais aussi les habitants de la Place de la République, qui sont passés sur cette place et ont fait vivre cette bibliothèque.

Les bibliothèques se sont beaucoup appropriées cette notion de tiers-lieu. C’est quelque chose de très débattu dans la profession, et d'assez structurant pour l’imaginaire des gens qui font le métier de bibliothécaire aujourd’hui. La limite de la démarche, je trouve, et ce qui est à mon avis crucial pour vraiment essayer de faire évoluer les bibliothèque vers le concept de tiers-lieu, c’est de repenser la gouvernance. Elles repensent leurs espaces, commencent à faire rentrer des imprimantes 3D, du matériel de construction et de conception. Mais ce qui pêche souvent, c’est la question de la gouvernance.

À mon avis, pour arriver à ce que la bibliothèque soit vraiment un tiers-lieu, il faudrait changer la manière dont les gens s’approprient le lieu et le co-construisent en rompant la distinction entre les administrés et les gestionnaires pour arriver à faire communauté autour du projet de bibliothèque.

results matching ""

    No results matching ""